Déclaration commune Ville d’Outreau / Centre Jacques Brel

A la suite du placement en détention provisoire d’un vacataire du Centre Jacques Brel, nos premières pensées vont vers les Outrelois et tous les enfants, dont ceux en particulier qui auraient été victimes des agissements d’un individu, qui si les faits étaient avérés, a trahi toute la con ance qui était mise en lui, que ce soit par l’Education Nationale, la Ville ou le Centre Jacques Brel. Précisons qu’il n’était pas ATSEM (agent territorial au spécialisé des écoles maternelles) mais animateur vacataire dans le cadre des Temps d’Activité Périscolaires dans 2 écoles de la commune.

Cet individu, pourtant diplômé, identifié comme un bon animateur, estimé par ses collègues qui sont tous sous le choc, n’avait jamais attiré l’attention sur lui.
Nous savons, que dans ce type d’affaires, l’émotion est toujours présente, mais il faut raison garder et laisser faire la justice.
La Ville d’Outreau et le Centre Jacques Brel feront tout ce qui est en leur pouvoir pour que la vérité soit faite.

La Ville depuis des années, en lien avec ses partenaires dont le Centre Jacques Brel, a mis en place un grand nombre d’actions, de services et de manifestations en direction de toute la population et des enfants en particulier. Nous mettons tout en œuvre pour que nos enfants puissent disposer des meilleurs outils pour pouvoir s’épanouir, et ce, dans différents domaines tels que le sport, la culture, l’éducation en général, que ce soit durant le temps scolaire, périscolaire ou extra-scolaire.
Nous prenons un grand nombre de dispositions pour pouvoir encadrer, accompagner et animer notre jeunesse. Rares sont les communes qui ont encore un accueil de loisirs pour les enfants le samedi après-mi- di, rares sont les structures, comme le Centre Jacques Brel, qui œuvrent en direction de la jeunesse et de l’enfance du mardi au samedi, jusque 20h au minimum. Pour le centre Jacques Brel comme pour la ville, la totalité des animateurs sont diplômés et le taux d’encadrement est bien souvent au delà des prescriptions légales. Le Centre Jacques Brel, association loi 1901, demande à chaque animateur recruté de fournir un extrait de casier judiciaire vierge.

Les accusations qui sont portées, nous le rappelons sur un individu isolé, sont très graves et nous sommes tous aujourd’hui en état de choc. Nous pensons aujourd’hui à tous les animateurs qui travaillent sur la commune et nous leur apportons tout notre soutien dans cette épreuve de souffrance par rapport à leur métier. Nous n’accepterons pas que des informations fausses, déformées, extrêmement préjudiciables soient diffusées dans le seul but de nuire à la ville et au centre.


Le Centre Jacques Brel est une structure reconnue, qui bénéficie de toutes les habilitations possibles, de tous les agréments et le dernier en date est son agrément qui concerne le projet global de la structure qui a été obtenu parce que le centre a cette capacité à associer le plus grand nombre dans ses projets, dans son fonctionnement, dans son organisation.

La ville, comme le Centre qui a déjà pris contact avec un avocat pour envisager de se porter partie civile, seront particulièrement attentifs à cette affaire, afin que la justice puisse faire toute la lumière sur ce qui s’est passé, mais en toute sérénité.

La ville et le centre Jacques Brel tiennent à affirmer aux habitants de notre Commune que nous serons toujours à leurs côtés et nous renouvelons tout notre soutien aux familles et aux enfants victimes.

Thérèse GUILBERT, maire d’Outreau / Cécile BERNARD, présidente du Centre Jacques Brel.